Lion de l'Atlas et de Barbarie.

Les sortes de Lion -

Lion de l'Atlas ou Lion de Barbarie

Les lions de Barbarie ont une grande place dans l'histoire. Les Romains utilisaient les lions de Barbarie dans le Colisée pour combattre les gladiateurs ⚔️. Des milliers de ces chats ont été abattus pendant le règne de César. Ces lions étaient également conservés dans la ménagerie de la Tour de Londres et offerts en cadeau aux familles royales du Maroc et d'Ethiopie. On croit que les lions de Barbarie sont aujourd'hui directement descendants de ces "lions royaux".

Qu'est ce que le Lion de Barbarie ?

Le lion de Barbarie était autrefois une race de Lion d'Afrique du Nord, y compris dans les montagnes de l'Atlas, mais il a maintenant disparu de l'état sauvage.

Le dernier lion de Barbarie enregistré a été abattu au Maroc en 1942. Les seuls lions de Barbarie encore présents dans le monde se trouvent aujourd'hui dans les zoos et font partie d'un programme d'élevage global et collaboratif pour assurer leur survie.

Le zoo de Belfast en Angleterre est le foyer d'une fierté de lions de Barbarie. Le lion mâle s'appelle Qays et il vit avec deux femelles, Fidda et Theibba.

Classe d'Animaux
Mammifère
Habitat
Montagneux
Alimentation
Carnivore
Taille
1 mètre de hauteur et 3 mètres de longueur
Poids  Jusqu'à 230 kilos 
Lieu
Avant de disparaître : Montagnes d'Afrique du Nord
État de conservation
Éteint dans la nature


La déforestation a été un facteur majeur dans le déclin du lion de Barbarie. Les guerres civiles et l'utilisation des lions de Barbarie pour le sport ont également causé la mort de nombreuses personnes. La population actuelle de ces magnifiques gros chats ont maintenant disparu dans la nature. Le dernier lion de Barbarie enregistré a été abattu en 1942. On compte moins de 90 lions de Barbarie vivant dans les zoos du monde entier.

Lion de Barbarie photo en noir et blanc.

Lion de Barbarie en noir et blanc.

Réintroduction du Lion de l'Atlas.

Depuis la disparition du dernier lion de barbarie en 1922, les espoirs de renaissance de la sous-espèce se sont concentrés sur les lions captifs, en particulier ceux qui montrent des signes de la caractéristique la plus distinctive de la Barbarie : une crinière remarquablement longue et noire.

"Comme nous disposons de ces bons échantillons génétiques de lions de Barbarie de race pure, nous pouvons comparer l'ADN de ces spécimens anciens à ceux qui sont potentiellement encore vivants dans les zoos aujourd'hui " dit Sabin (scientifique anglais). "Il y a peut-être encore des descendants au Royaume-Uni dans les zoos et les parcs d'animaux sauvages, mais c'est quelque chose qu'il faudrait vérifier par une étude génétique."

Nobuyuki Yamaguchi, de l'Unité de recherche sur la conservation de la faune sauvage de l'Université d'Oxford, dirige les efforts visant à retrouver les survivants potentiels de Barbarie. Yamaguchi, co-auteur de la nouvelle étude, affirme qu'à ce jour, aucun lion de Barbarie vivant n'a été confirmé en captivité, malgré diverses rumeurs contraires. Une découverte de deux crâne de lion de barbarie à été faite à la Tour de Londres. Et à donc permis de prélever des échantillons ADN des fauves. Malgré tout, cette recherche ne l'aide pas directement dans ses recherches, mais il espère qu'elle permettra d'élargir le réseau. On sait que les lions se reproduisent bien en captivité, même lorsqu'ils sont maintenus dans des conditions inadaptées, comme celles qui existaient avant le XXe siècle. L'objectif à long terme, -a-t-il ajouté- est de ramener le lion dans une partie de son ancienne aire de répartition en Afrique du Nord.

Les tests ADN pourrait ramener les Lions de Barbarie en grand nombres.

Les lions de Barbarie, disparus à l'état sauvage depuis les années 1920, pourraient faire un retour en force grâce aux scientifiques britanniques.

Au premier coup d'œil, le fauve retrouvé à la tour de Londres du nom de Saffiya, à la fourrure ludique, aux oreilles touffues et aux griffes qui s'étirent pourrait être n'importe quel autre lionceau. En fait, Saffiya, qui fête son premier anniversaire, est très spéciale.

Elle peut avoir des réponses à deux questions qui continuent de hanter l'esprit des chercheurs sur les animaux :

Le lion de Barbarie, qui aurait été utilisé par les Romains pour tuer les chrétiens dans l'arène, est-il vraiment éteint ?

Et :

S'il y a encore des lions porteurs de ses gènes, peut-on utiliser l'empreinte génétique pour ramener ces beaux gros chats du bord de l'oubli ?

Kay Hill, fondatrice de l'organisation caritative de conservation Wildlink International, basée à Essex, en Angleterre, a de "grands espoirs" que les tests génétiques actuellement effectués sur les lions et les tissus de lions dans plusieurs pays européens vont "aboutir à une percée majeure".

"C'est un projet très excitant, dit Mme Hill. "Les barbares sont des animaux merveilleux. "Quand les gens pensent à un lion, ils pensent à un barbare... Mais il est important d'effectuer des recherches précises en amont d'un programme d'élevage. Beaucoup croient que tout lion avec une crinière noire et des poils noirs sur la poitrine est un barbare. Ce n'est pas vrai. Seul un test ADN peut prouver la lignée d'un Barbare."

Le père de Saffi est Kabir, connu pour descendre des lions de Barbarie appartenant au roi du Maroc lorsque le dernier Barbarie connu dans la nature a été abattu dans les années 1920. Sa mère est Jade, dont le pedigree vient de la même source. Les deux lions sont détenus au zoo de Port Lympne, dans le Kent, où Saffi est née en juillet dernier. Un autre signe de succès a été la naissance de deux autres oursons, qui n'ont pas encore été nommés, au début de l'année.

Lion de Barbarie mâle.

Lion de Barbarie mâle.

Selon les historiens, un lion de Barbarie mâle adulte aurait pesé plus de 220 kilos, comparativement à moins de 180 kilos pour le lion d'Afrique mâle actuel. Un barbare pouvait mesurer 3 mètres depuis ses oreilles jusqu'à l'extrémité de sa queue. Il est arrivé à Rome depuis l'Afrique du Nord il y a plus de 2 000 ans. "Il est probable que les Romains utilisaient des lions de Barbarie dans leurs combats de gladiateurs " dit Hill. "Les autorités de la capitale italienne nous ont autorisé à prélever des échantillons d'os sur des squelettes dans des donjons sous le Colisée.

"Nous prélevons également des échantillons d'os en poudre de squelettes connus de lion de Barbarie dans des musées en Italie, en France et en Belgique, et les soumettons à des tests ADN à l'Université d'Oxford. Ensuite, nous prélèverons des échantillons de cheveux de Saffi et de ses parents, et nous verrons si nous obtenons des correspondances génétiques " dit Mme Hill. "Nous cherchons la correspondance ADN la plus proche possible. Nous espérons que Saffi fournira le point de départ pour la reproduction sélective du lion de Barbarie" ajoute-t-elle.

Le passé légendaire du Lion de Barbarie.

Panthera leo leo leo, comme la race est connue officiellement en latin, est célèbre dans la légende et l'histoire.

-Dans les fables d'Ésope, ce serait un lion de Barbarie qui aurait épargné Androcles dans l'arène, par gratitude envers l'esclave grec qui lui avait enlevé une épine de la patte.

-Jules César a un jour exposé 400 animaux. Son rival Pompée a fait mieux avec 600.

-En Éthiopie, au cours du siècle dernier, l'empereur Haile Selassie a attaché des lions de Barbarie près de son trône.

-Un Lion Barbare a été utilisée comme modèle pour les lions de bronze vus aujourd'hui dans le Trafalgar Square de Londres.

-Plus récemment, la Cicatrice menaçante du "Roi Lion" de Disney a été modelée sur un Barbare. Hill a de "sérieux doutes", cependant, sur le fait que le lion qui rugit avant chaque film de MGM est un Lion Barbare. "Mais on est en train de vérifier" dit-elle.

-Les barbaries, aussi connus sous le nom de lions de Nubie, avaient l'habitude de rôder largement en Afrique du Nord, qui était alors un terrain boisé. Mais en 1700, le dernier barbare sauvage de Libye avait été tué par des agriculteurs préoccupés par la menace qui pesait sur le bétail.

-En 1800, l'espèce était éteinte en Egypte. Ce n'est qu'au Maroc qu'il a continué à survivre dans les zones reculées. Finalement, les derniers barbares connus devinrent captifs de la collection royale à Rabat, la capitale.

Le Maroc tient à restaurer le Lion de Barbarie.

"Grâce à la dactyloscopie génétique, nous espérons identifier et sélectionner les lions porteurs des gènes de Barbarie " explique Nobuyuki Yamaguchi, écologiste animal à la Wildlife Conservation Unit de l'Université d'Oxford, où les tests ADN seront effectués. "Je pense que nous pourrions atteindre notre but dans quelques générations."

Si tout se passe bien, dit le Dr Yamaguchi, la prochaine étape sera de relâcher des lions élevés spécialement sur un site dans les montagnes de l'Atlas marocain. Wildlink's Hill a déjà pris des dispositions à cet effet. Il y a deux ans, elle a persuadé le gouvernement marocain de mettre de côté quelque 250 000 acres dans la chaîne de montagnes pour que les lions de Barbarie puissent errer.

"Nous devons planter de la végétation et introduire une source de nourriture " dit Hill. Des dispositions sont prises pour fournir aux lions des proies naturelles, comme le cerf rouge 🥩

"C'est notre idéal de revoir le lion de Barbarie dans la nature " dit Brahim Haddane, conservateur du zoo de Rabat au Maroc, qui abrite la collection du roi d'une vingtaine d'animaux. "Je travaille pour ça depuis 20 ans."

Il y a vingt ans, une équipe de scientifiques allemands a également essayé d'élever des lions de Barbarie, mais en vain. M. Hill croit que le succès est vital cette fois-ci. "Si nous échouons, une autre partie de notre passé indompté ne vivra que comme un symbole, un mythe et une mémoire " dit-elle.

Représentation d'un lion de Barbarie fin 1800.

Représentation d'un lion de Barbarie fin 1800.

Quand le lion de Barbarie s'est-il vraiment éteint ?

Les livres d'histoire nous disent que le dernier lion de Barbarie sauvage (Panthera leo leo leo) a probablement été tué en 1922 par un chasseur colonial français au Maroc. Mais en répétant l'histoire de cette mort bien documentée, les livres d'histoire ont peut-être laissé un chapitre ou deux de l'histoire.

Les lions de Barbarie, ou Lion de l'Atlas, parcouraient autrefois les déserts et les montagnes d'Afrique du Nord, du Maroc à l'Égypte, loin au nord de leurs parents subsahariens. La plus grande sous-espèce de lion, le lion de Barbarie était autrefois admiré pour sa taille et sa crinière sombre (bien que ces deux qualités aient été grandement exagérées et presque mythologisées au fil du temps) et était conservé par les familles royales du Maroc et d'autres nations nord-africaines. Les Africains n'étaient pas les seuls à les admirer : les lions combattaient les gladiateurs dans le Colisée romain, étaient exposés dans les zoos et parcs européens, et vivaient même brièvement à la Tour de Londres. Mais toute cette exploitation a fait des ravages terribles : les Romains ont tué des milliers de lions dans leurs jeux, l'empire arabe qui a suivi a comprimé les animaux restants dans de plus petits territoires, et l'arrivée des chasseurs européens au 19ème siècle les a polis 🗺. Les Européens ont tué un si grand nombre de ces animaux qu'ils ont été rapidement exterminés de la plus grande partie de leur aire de répartition historique restante. Aucun n'a été vue entre 1901 et 1910. Dans les années 1920, les scientifiques occidentaux supposaient qu'ils étaient partis.

Ou étaient-ils partis ?

Selon une nouvelle étude publiée le 3 avril, les lions de Barbarie sont peut-être restés vivants dans les régions sauvages d'Algérie et du Maroc, cachés et à l'abri de la plupart des yeux humains depuis plusieurs décennies, peut-être même jusqu'en 1965. À l'image des lions des cavernes qui leur ont précédés. Les auteurs ont passé au peigne fin les récits publiés et de première main des observations de lions dans les années suivant leur supposée extinction. Ils ont également trouvé des dizaines de personnes qui ont vu les lions bien après 1922. "Notre travail d'interview s'est déroulé avec des personnes âgées issues de communautés algériennes éloignées " explique M. Black. "Nous avons la chance de disposer d'un ensemble de données très riche puisque plusieurs collègues recueillent cette information depuis 10 à 20 ans, de sorte que nos sources sont des comptes de première ou de deuxième main. Certains des témoins qu'ils ont interrogés se souvenaient d'avoir vu des lions dans leur enfance. D'autres ont raconté des histoires racontées par leurs parents ou d'autres membres de leur famille.

Avec ces observations en main, les scientifiques se sont alors mis en route pour en déduire quand les lions se sont vraiment éteints dans la nature. C'est difficile à faire, car le moment de l'extinction d'une espèce est rarement, voire jamais, observé. Pour établir leurs dates, ils se sont tournés vers un article publié en 2005 qui passait en revue des modèles statistiques utilisant la dernière observation d'une espèce pour calculer quand elle a probablement disparu dans les années suivant l'observation finale. Black et ses co-auteurs calculent que le lion de Barbarie s'est probablement éteint au Maroc en 1948 et s'est probablement éteint en Algérie en 1958. Comme il s'agit de probabilités statistiques, il y a un intervalle de confiance pour ce chiffre, ce qui donne à penser que la date d'extinction aurait pu être un peu plus tôt ou aussi tard que 1965 ⏱

Bien sûr, les statistiques ne tiennent pas toujours compte du comportement humain. La dernière fois que l'équipe a pu apercevoir un lion, c'était en 1956, dans une zone boisée d'Algérie, lorsque plusieurs personnes dans un bus ont vu un lion juste au nord de la ville de Sétif. Black rapporte que la forêt "a été détruite en 1958 pendant la guerre franco-algérienne, il est donc possible que les derniers lions aient disparu à cette époque".

Pourquoi est-ce important de savoir quand le lion de Barbarie s'est éteint ? Black et ses co-auteurs affirment que cette recherche est pertinente pour la conservation du reste des lions d'Afrique. Dans certaines régions, des populations petites et fragmentées pourraient nécessiter une attention supplémentaire pour assurer leur survie. Les auteurs préconisent également de ne pas déclarer trop rapidement une espèce disparue. Selon eux, cela pourrait éliminer toute incitation à continuer à chercher et à conserver cette espèce, la poussant ainsi vers le même sort que le lion de Barbarie.

Lion de l'Atlas en montagne.

Lion de l'Atlas en montagne.

Les Lions de Barbarie dans les Zoos aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, les lions de Barbarie sont sans aucun doute éteints à l'état sauvage, mais pourraient-ils encore exister en captivité ? Plusieurs zoos à travers le monde prétendent avoir des lions de Barbarie dans leurs collections 🦁. Selon toute vraisemblance, la plupart de ces gros chats ne sont pas de vrais lions de Barbarie mais plutôt des hybrides avec des lions d'Afrique subsaharienne. "Je doute sérieusement que les lions d'Afrique du Nord soient encore en captivité " m'a dit Luke Hunter, président de Panthera, l'organisation de conservation dédiée aux grands félins, en octobre dernier lorsque j'ai commencé à étudier cette histoire.

Mais qu'en est-il du zoo de Rabat au Maroc, qui prétend avoir 35 lions de Barbarie de race pure ? Leurs lions descendent d'une collection conservée depuis plus d'un siècle par les sultans et les rois du pays. Black pense qu'il est possible que certains des chats "royaux" de Rabat soient de sang pur, bien qu'il concède que les tests génétiques nécessaires pour prouver qu'il serait difficile à réaliser sans argent et sans un meilleur matériel de référence. "Les seuls échantillons de référence fiables sont des spécimens de musée - des os et des peaux de taxidermie qui ont pour la plupart plus de 140 ans - donc une comparaison génomique complète n'est pas possible actuellement." Des échantillons prélevés dans des musées ont toutefois fourni quelques séquences d'ADN ; un article publié dans Conservation Genetics en 2005 (pdf) a fait état d'un premier test sur cinq lions royaux et a conclu qu'ils n'étaient pas, du moins, de descendance maternelle barbarie.

Que les lions royaux restants soient purs ou non, des efforts sont en cours pour préserver leur diversité génétique et prévenir la consanguinité. M. Black affirme que la reproduction contrôlée fera en sorte que la population demeure en santé. "Plusieurs zoos supplémentaires en Europe ont pris en charge des collections de ces animaux, et de nouveaux couples reproducteurs ont été établis dans l'espoir d'augmenter la population d'environ 80 animaux, dit-il. "De nouveaux louveteaux sont nés ces deux dernières années, donc l'élan pour la conservation de la population a été rétabli après une accalmie de 20 ans."

Alors, quand le lion de Barbarie a-t-il vraiment disparu ? La plupart des sources disent 1922. Certaines sources font référence à un lion qui aurait été tué par un chasseur près de Marrakech en 1942, mais cela semble anecdotique. Black et ses co-auteurs affirment que l'extinction réelle aurait pu avoir lieu aussi tard que dans les années 1960. Cinq décennies plus tard, il semble que certains gènes du lion puissent encore persister. Nous ne connaîtrons peut-être jamais la vérité sur la disparition du lion de Barbarie, mais il est possible que l'histoire du lion de Barbarie soit encore en cours d'écriture.

Ben - rédacteur Lion Royaume.


2 commentaires

  • Ben Lion Royaume

    Bien sur Anais ! N’hésitez pas à rentrer en contact avec moi par mail : ben@lionroyaume.com

  • Anais C.

    Super article de blog ! Est-il possible de rentrer en contact avec l’auteur ?

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite mail !