Le Lion de Némée.

Lion et Histoire -

Le Lion de Némée - Grandioses Mythes

Le Lion de Némée est une créature légendaire dans la mythologie grecque qui a ravagé la région de Némée. Sa fourrure était impénétrable par les armes de l'homme et, par conséquent, imparable. Il était considéré comme l'enfant de Typhon et Echidna, père et mère de tous les monstres. D'autres récits mentionnent Zeus et Selene comme parents.

Tuer le Lion de Némée fut la première tâche que le roi Eurysthée demanda au dieu Héraclès pendant le mythe des travaux d'Héraclès. Selon une version, le lion enleva des femmes à la forêt de Némée et les garda dans sa tanière, afin d'attirer des guerriers 🔱. Quand le brave guerrier voyait la femme, elle se transformait en lion et le tuait. Héraclès atteignit une ville voisine, où il rencontra un jeune garçon ; le garçon lui dit que s'il tuait le lion dans les trente jours, alors un lion serait sacrifié à Zeus. Sinon, le garçon se sacrifierait.

Le Lion de Némée : Premier Travail d'Héraclès

Héraclès combat le lion de Némée

Héraclès combattant le Lion de Némée

Qui est le Lion de Némée

La vallée montagneuse de Némée, entre Cleonae et Phlius, était habitée par un lion, la progéniture de Typhon (ou Orthrus) et Echidna. Eurysthée ordonna à Héraclès de lui apporter la peau de ce monstre. Le lion dévore les troupeaux, sacage les villages, et tue les Hommes. Après s'être fait faire une armure, Hercule est arrivé à Cleonae, il a été reçu par un pauvre homme appelé Molorchus. Cet homme était sur le point d'offrir un sacrifice, mais Héraclès le persuada de le retarder de trente jours jusqu'à ce qu'il revienne de son combat avec le lion, afin qu'ils puissent offrir ensemble des sacrifices à Zeus Soter. Mais Héraclès ajouta, que si lui-même ne revenait pas, l'homme lui offre un sacrifice comme un héros 🏅

Héraclès est communément identifié dans les peintures ou sculptures grecques anciennes portant une peau de lion. Certains mythes suggèrent que la peau provient d'un lion qui terrorisait le mont Kithaeron qu'il avait tué de nombreuses années auparavant. Cependant, l'histoire la plus populaire derrière son armure est qu'elle provient du Lion de Némée, une bête géante et féroce à la peau impénétrable qui vivait dans une grotte à Némée . Il parcourrait les collines de Némée, tuant des gens et leurs bétail.

La peau du lion de Némée était si impénétrable que les armes des mortels rebondissaient sur sa peau dorée épaisse sans lui faire le moindre mal. Leurs attaques inutile ne serviraient qu'à intensifier la colère de la bête et serait comme des coups de massue q'ils s'infligeraient à eux même. On pensait que la bête était deux fois plus grosse qu'un lion moyen et qu'elle avait la force de dix 👀. La tête du lion serait aussi grosse que dix hommes en boules réunis. Même ses griffes étaient plus tranchantes que des épées.

Héraclès et le lion de Némée.

Le combat d'Hercule avec le lion de Némée

Rencontre entre Héraclès et le Lion de Némée

Héraclès fut envoyé par le roi Eurystheus pour tuer et ramener le lion de Némée comme le premier de ses douze travaux. Héraclès s'est mis en route pour terminer la tâche et s'est aventuré dans une ville appelée Cleonae. C'est là qu'il rencontra un pauvre berger, Molorchus. Le pauvre berger l'avertit que la créature qu'il avait l'intention de tuer n'a pas été engendrée par un lion, mais par un monstre. Molorchus a promis de sacrifier un animal à Zeus après 30 jours si Héraclès réussissait à tuer le lion. Cependant, si Héraclès mourrait dans la bataille, Molorchus sacrifierait plutôt un animal au nom d'Héraclès comme une offrande de deuil.

Il poursuivit son voyage à la recherche du lion. Héraclès arriva à Némée. Il trouva d'énormes empreintes de pattes qui se sont enfoncées profondément dans le sol. Il les suivit à travers un vaste paysage de montagnes et de rivières pendant de nombreux jours jusqu'à ce qu'il découvre une grotte. À en juger par les empreintes de pattes à l'entrée de la grotte, Héraclès s'est rendu compte que ce doit être son repaire. Quand il a finalement vu le lion, il a sorti son arc et a visé le front du lion, tirant aussi fort qu'il le pouvait 🏹. Il tira une volée de flèches mais toutes les flèches n'ont fait que rebondir. Héraclès comprit que son adversaire n'était pas un lion ordinaire - il faudrait plus que de la force pour le tuer. Héraclès devrait faire preuve de tact pour vaincre cette bête. Et agir tel un dresseur de lion !

La grotte avait deux entrées et Heracles a bloqué l'une d'elles avec des rochers avant d'approcher le lion par l'autre. Il a jeté un tas de branches sèches dans la grotte et leur a mis le feu 🔥. Quand le lion est sorti en rugissant à travers la fumée, Héraclès a frappé le lion sur la tête avant de se jeter sur son cou. Étourdi d'avoir le crâne fracassé, le lion a lutté pour se tenir debout et Héraclès l'a étranglé à mort de ses propres mains. On dit qu'il l'étouffa de ses propres mains.

Héraclès étouffant le lion de Némée

Héraclès étouffant le lion de Némée

Le retour d'Héraclès à Mycènes

Ayant l'intention d'amener le corps du lion de Némée au roi Eurystheus, Héraclès se rend compte que le voyage de retour à Mycènes est trop long et que le corps est trop lourd. Pour alléger le fardeau, il a tenté d'écorcher le lion avec un couteau 🗡, puis une pierre, mais il est incapable de le faire. Après beaucoup d'efforts, la déesse Athéna décida de l'aider, et lui dit d'utiliser une des griffes du lion pour écorcher la créature. Hercule sortit victorieux le trentième jour après avoir rencontré le garçon ! Il a ensuite dépouillé sa peau pour en faire une cape en peau de lion, l'un de ses attributs les plus distinctifs. Héra plaça ensuite le lion parmi les étoiles comme la constellation du Lion.

Selon Théocrite, le combat n'a pas eu lieu dans la tanière, mais en plein air, et Heracles aurait perdu un doigt dans la lutte. Il serait retourné à Eurystheus portant le lion mort sur ses épaules. Et Eurystheus, effrayé par la force gigantesque du héros, a pris à la fuite, et lui a ordonné dans l'avenir de livrer le compte de ses exploits en dehors des portes de la ville.

Hercule retourna vers le roi pour lui montrer la peau du lion de Némée comme preuve que sa tâche était accomplie. Lorsqu'Hercule montra au roi la fourrure du lion, le roi eut peur et interdit à Hercule de revenir dans la ville car il craignait maintenant la force d'Héraclès. Ainsi, le roi interdit à Héraclès d'entrer à nouveau à Tiryns, et le héros fut rapidement envoyé sur une autre tâche apparemment impossible, le meurtre de l'Hydre de Lerne.

Héraclès contre le lion de Némée

Héraclès contre le lion de Némée

La Famille du Lion de Némée

PARENTS

1) Orthros & Khimaira

2) Typhoeus

3) Séléné

Lion de Némée : La Constellation du Lion

On ne sait pas grand-chose sur le lion de Némée à part à travers l'histoire d'Héraclès et le lion (mythologie grecque) et la première de ses douze épreuves. La plupart des mythologues croient que c'est la figure représentant la constellation du Lion ♌️. Pour un monstre peu connu de la mythologie, ce n'est pas un mauvais héritage ! Il est intéressant de noter que si la plupart des autres monstres de la mythologie grecque ont un nom, le lion de Némée n'en a pas... Sinon, comment l'appelaient-ils avant qu'il déménage à Némée ? "Le Lion" ?!

En tant que fils de dieu/monstre Typhon et de sa femme/épouse serpent Echidna, cela fait de ce redoutable félin un frère de certains des plus grands monstres de la mythologie : Le Sphinx, le Cerbère, l'Hydre, la Chimère, et autres.

La déesse Héra (mythologie grecque) a essentiellement joué la "marraine" de la plupart des grands monstres du mythe grec, dont le Lion de Némée. C'est Héra qui a supplié Gaïa et le Tartare de créer le dieu/monstre Typhon, qui se trouve être le père du Lion. Héra, en colère contre son mari Zeus, envoya le lion à Némée pour y vivre, où se trouve justement un sanctuaire à Zeus. Ainsi, quiconque voulait approcher Zeus devrait d'abord passer à travers un lion gigantesque, presque indestructible.

C'est là que l'histoire est censée être liée au mythe de la Constellation Lion. Il est mentionné à plusieurs reprises dans différentes versions de cette histoire que Zeus ou Héra décident à ce stade de créer la constellation du Lion. La raison pour laquelle ils font cela ne semble pas être comprise ni très importante pour les mythographes. La plupart des légendes supposent que c'est une ode à Hercule, mais si c'est le cas, pourquoi le lion de Neemée est celui qui monte vers les étoiles, ce qui est généralement réservé comme un honneur ?

Constellation du lion.

Constellation du Lion dans le ciel

Divers écrivains grecs et romains associèrent le Lion de Némée à la constellation du Lion.

"Leo.... Leo. On dit qu'il a été mis parmi les étoiles parce qu'il est considéré comme le roi des bêtes. Certains écrivains ajoutent que le premier travail d'Hercule était avec lui et qu'il l'a tué sans arme. Pisandrus et beaucoup d'autres écrivains ont écrit à ce sujet." Pseudo-Hyginus, Astronomica 2

"Titan (Hélios le Soleil) augmente les feux des étoiles canines (Seirios (Sirius')), appuyant de près sur le dos du Lion de Némée. L'eau a fui les ruisseaux et l'herbe verdure." Sénèque, Œdipe 38

"D'où viennent tant d'étoiles qui remplissent le ciel alors qu'il fait jour (c'est-à-dire qu'il y a une éclipse de soleil) ? Voyez où le lion de Némée, mon premier labeur, brille dans une partie non négligeable du ciel (constellation Lion), est tout chaud de rage, et prépare ses crocs. Aussitôt, il saisira une étoile, menaçant de ses mâchoires béantes, crachant des flammes et crachant des flammes, et secouant la crinière sur son cou flamboyant ; ce que lui ramèneront les étoiles, l'automne maladif et l'hiver froid avec ses étendues gelées, il le fera bondir d'un bond, attaquer et écraser le cou du Taureau vernal  (Taurus)". Seneca, Hercules Furens 942

Le lion en constellation

Le lion en constellation

Citations de Littérature sur Le Lion de Némée

"Le Lion de Némée d'Héra, la reine épouse de Zeus, entraîna et s'installa parmi les collines de Némée, pour être un fléau de l'humanité. Là, il s'attaqua aux tribus du peuple qui habitait là, et il était comme un roi sur Tretos, Apesas et Nemeia. Néanmoins, la force d'Héraclès le subjugua." Hésode, Théogonie 327

"Que son corps ne soit pas moins robuste que la peau de cette créature sauvage qui monte sur mon épaule, la bête que j'ai tuée il y a longtemps, le premier de mes travaux, à Némée." Pindar, Isthmian

"Voyez la main brise-nuque que la descendante de Persée pose avec habileté sur le lion mangeur de chair (le lion de némée) ; car le bronze luisant qui sert d'arme à l'homme refuse de percer son corps inaccessible : son épée était repliée vers lui." Bacchylides, fragment 13

"La terre luxuriante de Némée Zeus, où Héra aux bras blancs nourrit le lion tueur de moutons à la voix profonde, premier des glorieux concours d'Hérakle." Bacchylides, fragment 9

Léon "le Lion" était une pièce satyrique d'un sujet inconnu. Elle a peut-être raconté l'histoire d'Héraclès et du lion de Némée." Eschyle, Léon

"L'épouse de Zeus (Héra) l'a libéré (le lion de Némée) pour ruiner Argos, bien que sa part lui ait été attribuée, et comme un dur labeur pour la progéniture illégale de Zeus." Callimachus, Aetia Fragment 55

"Le lion de Némée à qui Héra, l'épouse courroucée de Zeus a donné Argos pour qu'il garde, bien que ce fût sa propre possession, jusqu'à ce que ce soit un travail sévère pour Herakles la progéniture bâtarde de Zeus." Callimachus, Fragment 108

"Le premier travail qu'Héraclès entreprit fut le meurtre du Lion à Némée. C'était une bête de taille énorme, qui ne pouvait pas être blessée par le fer, le bronze ou la pierre et qui nécessitait la contrainte de la main humaine pour être soumise. Il passa la plus grande partie de son temps entre Mykenai et Némée, dans le voisinage d'une montagne qui s'appelait Tretos (Perforé) à cause d'une particularité qu'il possédait ; car il avait une fente à sa base qui s'étendait propre à travers lui et dans laquelle la bête était habituée à se cacher. Héraclès est venu dans la région et a attaqué le lion, et quand la bête s'est retirée dans la fente, après avoir fermé l'autre ouverture, il l'a suivi et s'est agrippé à lui, et a enroulé ses bras autour de son cou pour l'étouffer à mort. La peau du lion qu'il se mettait autour de lui, et comme il pouvait en couvrir tout son corps à cause de sa grande taille, il avait en lui une protection contre les périls qui allaient suivre." Diodorus Siculus

Héraclès combattant le lion de Némée en statue.

Héraclès combattant le lion de Némée (Statue Romaine)

"Phyleus s'adresse à Héraclès : "Il est venu ici d'Argos... Un homme d'Akhaia, d'Hélix au bord de la mer, qui a dit... qu'un Argive a tué, comme il en était témoin, une bête, un lion monstrueux, un fléau redoutable de la campagne, qui vivait dans une grotte par le bois de Nemean Zeus... Je soupçonne que personne d'autre parmi les Akhaiens n'a osé cette chose, si ce n'est vous et la peau de lion qui drape vos côtés proclame, avec certitude, l'acte puissant de vos mains... Racontez comment cette bête maudite à été tuée à mains nues et comment elle est arrivée dans le pays bien arrosé de Némée. Un si grand monstre que je vous garantis que vous ne trouveriez pas dans tous les Apis, même si vous le souhaitez, car aucun d'eux ne supporte une telle taille, mais seulement des ours et des sangliers." Héraclès répond : "Je peux vous raconter chaque circonstance entourant ce monstre tel qu'il est arrivé - depuis que vous avez voulu l'entendre - sauvez d'où il vient ; car aucun des Argoviens, bien que nombreux, ne pouvait le déclarer clairement. Nous avons seulement deviné que l'un des saints immortels, furieux contre les fils de Phoronée, avait libéré ce fléau ; car comme un fleuve qui débordait sur tous ses habitants de vallée, le lion dévastait sans pitié, et surtout les Bembinais qui, voisins de son domaine, souffraient au-delà de toute souffrance. C'était le premier travail qu'Eurysthée m'a confié. Il m'a ordonné de tuer la bête redoutable, et je me suis mis à prendre mon arc souple et mon carquois creux rempli de flèches : dans l'autre main, mon gros bâton... Quand j'ai atteint le terrain du lion, j'ai pris mon arc et j'ai ajusté la corde à ses cornes courbées et je l'ai mise droite autour des flèches de douleur. Je jetais mes yeux autour de moi, espionnant le monstre maléfique et espérant le voir avant qu'il ne s'en prenne à moi... Et à la race maudite des loups..."
Il était midi et pourtant je ne pouvais pas observer ses traces ni entendre son rugissement, et personne ne devait être vu avec ses boeufs ou en train de travailler, dans toute la terre ensemencée, que je pourrais consulter. La peur pâle était omniprésente dans leurs fermes. En vérité, je n'ai jamais vérifié mes pieds ; j'ai fouillé le flanc de la montagne à feuilles épaisses jusqu'à ce que je le voie, et j'ai tout droit éprouvé ma force. Car tard dans la journée, il allait dans sa grotte, gorgé de viande et de sang ; autour de sa crinière sordide et de son visage et de sa poitrine étincelants, il était éclaboussé par le carnage ; sa langue léchait ses côtelettes. Je m'étais caché à l'ombre de quelques buissons sur un chemin forestier, attendant qu'il vienne. Comme il passait, j'ai rapidement relâché une flèche sur son flanc gauche, en vain ! L'arme n'a pas tenu son cap à travers la chair striée, mais a rebondi et est tombée sur le tapis vert. Bien qu'étonné, il releva rapidement sa tête ensanglantée du sol, espionnant tout autour avec des yeux scrutateurs et grognant, montrant ses dents méchantes. Vexé par le fait que mon premier oisif m'avait arraché la main, j'ai envoyé une deuxième fléchette de la ficelle ; elle l'a frappé à la poitrine, le siège même des poumons ; même ainsi la flèche anti-douleur n'a pas percé la peau mais est tombée devant ses pieds, également inutiles. C'est la troisième fois que je me préparais à dessiner, et les yeux de la bête monstrueuse, en roulant autour de moi, m'ont aperçu. Il fouettait sa longue queue autour de ses lions et son esprit courait au combat ; sa gorge enflée de rate, sa crinière fauve hérissée de colère, sa colonne vertébrale pliée comme un arc alors qu'il ramassait sa longueur sous ses flancs et son ventre ... si le terrible lion se courbe et saute de loin sur moi, faisant rage pour goûter mon âme. J'ai tenu dans une main mes fléchettes et le manteau de mes épaules, plié ; avec l'autre, j'ai balancé mon bâton aguerri autour de mes oreilles et je l'ai écrasé sur sa tête, mais j'ai fendu l'olive sauvage, aussi robuste soit-elle, sur la crinière de l'invincible brute, sans la laisser tomber. Avant qu'il ne puisse m'atteindre, il tomba, s'effondra sur le sol et se tint debout sur des pieds tremblants qui balançaient sa tête, car l'obscurité nageait autour de ses yeux, car l'obscurité nageait autour de ses yeux au choc stupéfiant au coeur du cerveau.
Le voyant sans esprit et sans douleur, avant qu'il ne puisse se retourner et respirer à nouveau, j'avançai rapidement et le saisis par la peau de son cou de fer, après avoir jeté mon arc à terre avec mon carquois brodé. Puis je l'étranglais puissamment de mes mains puissantes, en l'étirant par derrière, de peur qu'il ne me déchire la chair avec ses griffes. J'ai solidement posé mes talons sur ses pieds postérieurs et je les ai appuyés jusqu'au sol - mes genoux prenaient soin de ses côtés - jusqu'à ce que je lève son corps à bout de souffle dans mes bras et l'étirai vers le bas. Sire Haides a reçu sa vie. Ma perplexité suivante fut de dessiner la peau hirsute des membres de la bête morte : un travail très pénible, car pour l'essayer je n'avais ni couteau de fer ni pierre ni autre moyen. Puis un dieu m'a mis dans la tête pour fendre la peau du lion avec ses propres griffes de lion ; avec celles-ci, je l'ai rapidement enlevé et je l'ai enroulé autour de mon cadre pour servir de bouclier contre la coupure et la poussée du combat. Et là, mon ami, tu as cette histoire du destin qui est arrivé au lion de Némée, qui fut jadis la cause de beaucoup de chagrin pour les troupeaux et pour les hommes." Theocritus, Idylls 25

Hercule étouffant le lion par Rubens

Hercule étouffant le lion par Pierre Paul Rubens

"Parmi les peintures dédiées dans le temple de Zeus à Olympie se trouve l'exploit d'Héraclès contre le Lion Néméen." Pausanias

"Parmi les offrandes dédiées à Olympie, il y a deux statues nues d'Héraclès quand il était enfant. L'un d'eux le représente en train de tirer sur le lion de Némée." Pausanias

"Parmi les offrandes dédiées à Olympie : Par les offrandes plus petites de Mikythos... sont certains des exploits d'Héraclès, y compris ce qu'il a fait au Lion de Némée, l'Hydre, le Chien de l'enfer, et le sanglier par le fleuve Erymanthos." Pausanias

"Le col appelé Tretos, est étroit comme l'autre, entouré de montagnes... Dans ces montagnes on peut encore voir la grotte du célèbre lion, et la place de Némée est éloignée d'une quinzaine de stades." Pausanias

"Parmi les scènes représentées sur le bouclier du fils d'Héraclès, Eurypylos : Le puissant lion de Némée fut étranglé dans les bras puissants d'Héraclès, ses mâchoires sinistrement déchiquetées d'une mousse sanglante : il semblait dans la vérité étouffer sa vie." Quintus Smyrnaeus

"On dit que le Lion de Némée est tombé de la lune (Sélène). En tout cas, Épimenide a aussi ces mots : "Car je suis sorti de Sélène la Lune, Sélène la belle, qui, dans un tremblement effrayant, a secoué le lion sauvage de Némée et l'a fait sortir sur ordre de la reine Héra." Aelian

"Héraclès exprima sa gratitude aux trois cent soixante hommes de Kleonai. Ils s'étaient joints à sa campagne contre les Molionidés et avaient connu une mort noble. Il leur transféra les honneurs de Némée, honneurs qu'il avait reçus de la ville quand il avait vaincu le lion qui vivait à proximité et endommagé leurs fermes." Aelian

"Alexandros de Mindos dit qu'un serpent né de Ge (Gaea, Terre) combattit avec Héraclès contre le lion de Némée ; nourri par Héraclès, il l'accompagna à Thèbes et resta dans une tente." Ptolémée Héphaestion

"Héphaestion dit que... Héraclès, après que le lion de Némée eut arraché un de ses doigts n'en avait que neuf et qu'il existe un tombeau érigé pour ce doigt détaché ; d'autres auteurs disent qu'il a perdu son doigt suite à un coup de pinceau et on peut voir à Sparte un lion en pierre érigé sur la tombe du doigt et qui est le symbole du pouvoir du héros. C'est depuis lors que des lions de pierre ont également été érigés sur les tombes d'autres personnages importants ; d'autres auteurs donnent des explications différentes sur les statues de lions." Ptolémée Héphaestion

"Le dragon qui gardait les pommes d'or était le frère du lion de Némée." Ptolémée Héphaestion

"Le lion de Némée, un monstre invulnérable, que Luna (Sélène) avait nourri (allaité) dans une grotte à deux bouches, Héraclès le tua et prit la fourrure pour la couvrir défensive." Pseudo-Hyginus

Hercule combattant le lion en dessins animés

Hercule combattant le lion en dessins animés

"On dit qu'il a été mis parmi les étoiles parce qu'il est considéré comme le roi des bêtes. Certains écrivains ajoutent que le premier travail d'Hercule était avec lui et qu'il l'a tué sans arme. Pisandrus et beaucoup d'autres écrivains ont écrit à ce sujet." Pseudo-Hyginus

"Héraclès raconta les faits... Le lion de Némée dont la masse pendait lourdement entre votre côté gauche et votre bras gauche alors que votre main lui serrait la gorge." Ovide, Héroïdes 9

"Héraclès porte comme armes ce qu'il a combattu et vaincu ; il est armé par le lion (c'est-à-dire la peau du lion de Némée) et par Hydre (c'est-à-dire ses flèches trempées dans son venin)." Seneca, Hercule Furens 44

"Que Luna, dans le ciel produise encore d'autres créature monstrueuses. Mais Héraclès a conquis ce genre de choses (c'est-à-dire le lion de Némée, né de la lune)." Seneca, Hercules Furens 83

"Les travaux d'Héraclès : Le lion, la plus grande crainte de Némée, écrasé par les bras d'Hercule rugit son dernier." Seneca, Hercules Furens 224

Hercule étouffant le lion de Némée

Hercule étouffant le lion de Némée

"Némée, la plus noble des clairières verdoyantes, siège choisi de Jupiter (Zeus), pas même aux travaux d'Hercule n'as-tu été plus cruelle, quand il étrangla le cou du monstre furieux, le linceul, et étrangla le souffle dans ses membres gonflés". Statius, Thebaid 4

"Le Tirynthien (Héraclès) écrase le Lion haletant contre la forte pression de sa poitrine et le brise sur ses propres os." Statius, Thébaïde 6

"Il (Héraclès) s'est tordu le bras d'un côté et a encerclé le cou du lion pris d'une main puissante, et ainsi, sans arme, il a apporté la mort, à l'endroit où le souffle passe dans l'oesophage de la gorge suffocante de la vie." Nonnus, Dionysiaca 2

Ben - rédacteur Lion Royaume.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite mail !