Chasser un lion.

Lion et Culture, Lion et Informations -

Vous voulez chasser un lion africain ? Cela vous coûtera...

Vous avez probablement déjà entendu parlé des trophées de lions. Ou de la chasse aux lions en Afrique. L'un des plus connu est l'assassinat de Cecil le Lion, l'un des grands félins tué au Zimbabwe, par un dentiste de Minneapolis. Qui a suscité l'indignation du monde entier face à la pratique de la chasse au gros gibier. Et surtout des animaux sauvages menacés comme le lion. Vous vous demandez certainement combien coûte donc "le privilège" de tué cet animal prestigieux ? Dans cet article nous allons voir ensemble les différentes problématique liés à cette activité. Pourquoi ces chasseurs aiment cette activité. Et donc, combien vous couterait l'envie de mettre à terre un lion Africain.

Tableau lion.

1) La mort de Cecil le Lion.

Toute l'Amérique a qualifié Walter Palmer "d'homme le plus détesté d'Amérique" après que le dentiste de 55 ans et ses deux guides. Alors qu'ils étaient en chasse en 2015 dans le parc national de Hwange au Zimbabwe, ils ont illégalement appâté le lion de 13 ans, puis l'ont blessé d'un coup d'arc et de flèche, pour ensuite laisser l'animal s'échapper et leur échapper pendant près de deux jours jusqu'à ce qu'ils puissent enfin le tuer, le décapiter et l'écorcher. "Peut-être que nous pouvons montrer au monde que tous les Américains ne sont pas comme ce trou du cul", a déclaré un journaliste en plein direct de son émission suivi par des millions de personnes.

A) Le prix pour tuer Cecil le lion.

Palmer (le dentiste), aurait payé 55.000 dollars pour chasser le lion au Zimbabwe. Il a déclaré qu'il ne savait pas que l'animal était un emblème local et qu'il portait un collier avec une puce dans le cadre d'une étude. "Je me suis appuyé sur l'expertise de mes guides professionnels locaux pour assurer une chasse légale", a-t-il déclaré dans une publication sur Facebook.

Les responsables zimbabwéens, notifiant que Cecil était équipé d'un collier GPS depuis 1999, ont déclaré que Palmer pourrait être condamné pour braconnage et pour avoir appâté le lion illégalement.

Un chasseur pose avec le lion qu'il a tué.

Un chasseur pose avec le lion qu'il a tué.

2) La chasse au lion est légale dans certains pays d'Afrique.

Les Américains aiment la chasse au gros gibiers. Et lorsque les règles sont respectées, c'est parfaitement légal. Tant que c'est dans une réserve privée, et non dans un parc national, il est tout à fait légal de chasser des espèces menacées qui ont été élevées en privé dans ce but, avec l'autorisation du gouvernement. De nombreux Américains dépensent des milliers de dollars par an pour se rendre en Afrique du Sud et dans d'autres pays voisins afin de chasser des gnous, des crocodiles, des cochons de brousse, des girafes, des zèbres, même des lions et des léopards, et même, chose étonnante, des rhinocéros gravement menacés.

A) Tuer une rhinocéros blanc pour 125 000 dollars.

Pour tuer un rhinocéros blanc en Afrique du Sud, il faut payer 125 000 dollars. Et le montant pour les animaux les plus rares et les plus menacés est encore plus élevé.

En janvier 2014, le ministère namibien de l'environnement et du tourisme a délivré un permis de chasse pour un rhinocéros noir, une espèce en danger critique d'extinction - il en reste moins de 5 000 dans le monde. À 36 ans, un Américain fortuné a offert 350 000 dollars pour chasser cet animal. Le gouvernement namibien a déclaré qu'il autorisait l'abattage du rhinocéros mâle parce que le mâle le plus âgé aurait pu en fait blesser les jeunes mâles nécessaires au repeuplement de l'espèce.

Des chasseurs posent avec un rhinocéros mort.

Des chasseurs posent avec un rhinocéros mort.

Les 350 000 dollars récoltés ont été consacrés à la lutte contre le braconnage des rhinocéros, qui sont souvent chassés pour leurs cornes. Trois permis de chasse au rhinocéros par an seulement sont délivrés par la Namibie, qui compte un peu moins de la moitié de la population mondiale de rhinocéros noirs.

Knowlton, un chasseur de Dallas, a traqué et tué le rhinocéros noir en mai 2015. "Je pense que les gens ont un problème avec le fait que j'aime chasser", a déclaré Knowlton à CNN, qui l'a accompagné lors de la chasse en Namibie. "Je veux voir le rhinocéros noir aussi abondant qu'il peut l'être. Je crois en la survie de l'espèce".

B) Obtenir un permis de chasse pour tuer un animal sauvage.

Le simple fait d'obtenir un permis peut être assez rare. Par exemple, en 2011, la République d'Afrique du Sud n'a délivré que 52 permis de chasse aux léopards, selon une compagnie de voyage de chasse du Texas, qui s'associe avec des terrains de chasse en Afrique du Sud pour la chasse au gros gibier.

L'obtention d'un permis pour chasser une bête rare comme le léopard peut prendre des mois, indique la société sur son site web. Les demandeurs doivent verser une caution et indiquer leur numéro de passeport ainsi que la date à laquelle ils prévoient de chasser. Selon son site web, la société s'est associée à un territoire de 200 000 acres dans la province de Limpopo, en Afrique du Sud, à environ trois heures au nord de Johannesburg, la plus grande ville d'Afrique du Sud.

La chasse aux lions et les riches Américains.

La chasse aux lions et les riches Américains.

C) Les réserves de gibiers sauvages : chasser légalement.

La plupart des sociétés de réserves de gibiers sauvages facturent entre 300 et 400 dollars par jour (hébergement et petit-déjeuner, déjeuner et dîner inclus, ainsi que le permis de chasse) pour chasser le gibier dans leurs réserves dans le bush veld sud-africain. Réserve qui peut atteindre une superficie de plus de 600 kilomètres carrés.

Les frais de taxidermie sont inclus, et la plupart des lodges écorcheront l'animal pour vous. "Une entreprise de trempage de confiance viendra à la réserve pour récupérer vos trophées à tremper, faire bouillir les crânes, nettoyer les cornes, les mettre en caisse et traiter les papiers pour l'exportation", indique l'Africa Hunt Lodge sur son site web.

D) Les Américains chassent les lions et d'autres espèces en Afrique.

Il n'est pas facile pour un chasseur d'apporter ses propres armes des États-Unis pour chasser. Et il faut qu'il s'attende à de nombreuses formalités administratives de la part des compagnies aériennes pour le vol de plus de 15 heures, avertit le lodge. "Si vous avez apporté un fusil avec vous, nous vous emmènerons au poste de police sud-africain pour le récupérer", explique la compagnie.

Montrez votre amour pour le lion en portant fièrement l'un de nos tee-shirts lion !

T-shirts lion.

3) Le prix de la vie des différents animaux sauvages.

Les frais de trophée pour ce type de chasse varient également beaucoup. Une girafe a un prix de 3 000 dollars. Pour un lion, les frais varient entre 9 900 dollars pour une lionne et 35 000 dollars pour un lion noir mâle, selon l'Africa Hunt Lodge. Les frais de trophée, cependant, vont principalement aux efforts de lutte contre le braconnage, selon la société.

Africa Hunt Lodge propose également une chasse au rhinocéros "vert" où l'animal est frappé avec une fléchette afin qu'une puce de traçage puisse être insérée dans sa corne. Les rhinocéros sont souvent tués par des braconniers qui cherchent la corne de l'animal car le produit broyé est vendu comme aphrodisiaque dans de nombreux pays asiatiques.

L'Africa Hunt Lodge affirme que, comme dans le cas de Palmer et de Cecil le Lion, qui est resté en vie pendant 40 heures après avoir été frappé par une flèche... "nous passerons des heures, et parfois des jours, à tenter de retrouver votre animal", selon le site web de la société. La société affirme qu'il est impératif que les chasseurs écoutent leurs guides. "Le placement des tirs est important. Si vous écoutez votre chasseur professionnel et que vous le frappez au bon endroit, il mourra".

Un chasseur et son lion victime en Afrique du Sud.

Un chasseur et son lion victime en Afrique du Sud.

A) 1 000 lions par an sont abattus par des chasseurs de trophées.

"Le nombre croissant de voyages de chasse au trophée proposés augmente la pression sur les populations de lions vivant à l'état sauvage. Un nombre croissant d'animaux sont capturés dans la nature à des fins de reproduction", indique le groupe sur son site web.

Les lions sont particulièrement exploités, explique le groupe, car ils servent d'attractions touristiques lorsqu'ils sont jeunes, puis sont proposés à des fermes de trophées lorsqu'ils ont entre quatre et sept ans.

"Les touristes involontaires visitent ces fermes et paient pour regarder ou toucher les jeunes lionceaux", explique le groupe. "La plupart des touristes ne savent pas qu'ils soutiennent ainsi une industrie horrible, une industrie que même de nombreuses associations de chasseurs rejettent comme étant contraire à l'éthique".

Vous devez maintenant avoir une vision plus clair de ce qu'est la chasse au gros gibier en Afrique. Ces chasseurs fortunés sont prêt à débourser plusieurs centaines de milliers d'euros puer abattre un lion... Fait assez fou. Nous sommes, chez Lion Royaume, tout à fait contre ce genre de pratique et luttons nous même pour la protection des animaux sauvages ici en France. Nous vous invitons à visiter nos collections d'articles à l'effigie du lion. Une bague tête de lion par exemple, est le bijoux le plus apprécié par les amateurs de félins !

Bagues lion.

Ben - rédacteur Lion Royaume.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite mail !